Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2016

Semaine 6 : en panne !

Ma semaine a été bien chargée, mes chers lecteurs, entre le spectacle de magie que je vous ai conté et les travaux de peinture et de tapisserie dans la jolie maison ancienne que ma fille vient d'acquérir : alors, même si j'ai quand même cousu quelques petites choses, le temps me manque pour prendre des photos et mettre en forme l'Agenda!

Notre rendez-vous est donc reporté à dimanche prochain, ne m'en veuillez pas !  Je vous souhaite une semaine agréable, pleine de petits bonheurs et de moments chaleureux. Et, si les soucis vous assaillent, enfourchez votre vélo de rêve et laissez-vous glisser vers les étoiles...

A bientôt !

Amitiés
Elizée

triplette grand bi etoiles.jpg

31/01/2016

Semaine 5 : exception !

Pour une fois, mes chers lecteurs, je n’ouvrirai pas mon agenda pour vous faire partager mes petites occupations de la semaine écoulée. Non, je vous ai préparé une autre surprise, qui vous plaira, je l’espère : sortez votre tenue de soirée et vos escarpins dorés, je vous emmène à un spectacle de magie !

18508-roleplay-magician-pcsout.jpg
votre future panoplie

C’est une représentation à laquelle j’ai assisté en 2012 et qui s’appelle : « Qui vive ». Déjà, vous avouerez que ce n’est pas banal, un spectacle de magie avec un titre, comme une pièce de théâtre ! Justement, c’est ça qui est intéressant, car il s’agit de magie, certes, mais surtout d’une réflexion sur les rouages de l’illusion, sur les pièges de la manipulation mentale… Le comédien-magicien et ses deux acolytes (oui, trois magiciens sur scène, je vous prie de croire qu’on ne sait plus où donner de la tête !) ont décidé de nous montrer le dessous des cartes, nous aidant à comprendre l’intérêt qu’il peut y avoir à rester sur le « qui vive », et pas seulement le temps de la représentation… Publicitaires, représentants, banquiers, courtiers, hommes politiques peuvent être eux aussi d’excellents prestidigitateurs !

Tout commence de façon classique. Une scène, donc, avec une longue table recouverte d’un drap, sur laquelle les magiciens réalisent leurs tours: gobelets avaleurs de pièces, cartes magiques qui apparaissent et disparaissent des jeux, ficelles qui se dénouent et se renouent… D’abord nous assistons au tour normalement, puis le tour est refait plus lentement, afin que nous puissions suivre les gestes qui permettent l’illusion. Les gobelets utilisés sont transparents pour que nous puissions suivre le cheminement de la pièce d’or du gobelet à la main du magicien, puis à sa poche… C’est très subtil et les « Oh ! » et les « Ah ! » fusent dans le public.

magie qui vive 2.jpg
"Qui vive", extrait de spectacle

Pour ma part, je reste assez indifférente : j’ai gardé de l’enfance un regard complètement émerveillé par rapport à la magie et rien ne peut gâcher mon plaisir. Même si ma raison cherche à me convaincre que tout est truqué, je suis quand même encline à croire au fantastique : c’est comme pour le Père Noël ou la Petite Souris des dents… Alors, voir les tours expliqués n’entame en rien ma naïveté, je suis toujours prête à croire que c’est « pour de vrai » !

Mais le « tour » suivant va me faire sortir de ma réserve, jugez vous-même.
En fond de scène, on voit de grands panneaux de différentes couleurs, qui peuvent être déplacés. Un spectateur est appelé sur scène : il s’assoit derrière une petite table, face à nous. Un acolyte change les panneaux du fond et les met dans un ordre aléatoire. Le spectateur sur scène doit reproduire devant lui, à l’aide de cartes, la succession de couleurs qui sont derrière lui, et qu’il ne peut pas voir. Nous suivons la façon dont le choix des cartes est réalisé : le magicien lui propose des cartes trois par trois, et il doit en choisir une, qu’il place devant lui.

magie qui vive 4.jpg
"Qui vive", extrait de spectacle

Régulièrement, le magicien lui demande si c’est bien son choix, s’il ne veut pas changer. Selon le cas, le spectateur reste sur son avis premier ou se ravise… On a l’impression que le spectateur est libre en choisissant ses cartes et en les positionnant les unes par rapport aux autres. Et pourtant, comme si c’était parfaitement naturel, il met petit à petit sur la table les couleurs du fond, et dans le bon ordre ! Là, je l’avoue, je suis subjuguée : comment le spectateur a-t-il pu être guidé, sans que ni lui, ni nous (nous sommes environ trois cents témoins), ne nous soyons aperçus de rien ? Serions-nous si sensibles à la suggestion, que nous avons l’impression de garder notre libre arbitre alors qu’un rusé renard nous fait entrer dans son terrier ? Je suis troublée… et bien décidée à être encore plus vigilante quand je dois effectuer un achat, juger d’une situation qu’on me rapporte à la télé, ou… analyser le discours d’un homme politique pour lequel je voudrais voter!

Pour nous remettre de nos émotions, un autre spectateur est appelé sur scène : un des magiciens le reçoit avec de grandes démonstrations d’amabilité et… le dépouille entièrement, sans que nous nous apercevions du moindre geste suspect ! Il lui prend son portefeuille, son téléphone, son stylo, son paquet de mouchoirs, son agenda… Et lui redonne, et lui reprend… C’est l’enfer ! Le pauvre spectateur ne sait plus où donner de la tête : à peine a-t-il remis son portefeuille dans une poche (à l’intérieur de sa veste, pourtant), qu’il se fait voler son téléphone ! Et pendant qu’il remet son téléphone en place, c’est le stylo qui n’est plus là ! Et pourtant, tout en tournant autour, le voleur semble se tenir un peu loin de sa victime, je jugerais qu’il ne l’a pas touchée!
Pour finir, le pauvre spectateur repart à sa place, enfin rechargé de toutes ses précieuses possessions. Toutes ? Pas vraiment, car quelques minutes plus tard, lors du tour suivant, le magicien sort de sa poche… la carte bancaire du pauvre homme qui ne s’était même pas rendu compte qu’elle avait disparu ! Quels applaudissements dans toute la salle ! Mais un rire un peu jaune de la victime…

baguette magique.jpg
Si nous passions une commande groupée ?

Mes chers lecteurs, comme le spectacle est très long, je vous abandonne à votre joie de n’être pas celui qui s’est fait plumer, et je m’arrête là pour l’instant. Mais je vous inviterai encore deux soirs à me rejoindre au théâtre : Mardi, nous nous retrouverons pour comparer nos différentes visions de la réalité et vous verrez… qu’on ne voit pas grand-chose ! Et jeudi sera le rendez-vous à ne pas manquer: vous assisterez à mes côtés à la partie du spectacle qui a motivé cet article. Nous parlerons en effet, aussi étonnant que cela puisse paraître, d’internet et de vie privée, et je peux vous garantir que vous sortirez décoiffés, comme moi en 2012! Et c'est jeudi aussi que vous comprendrez en quoi ce spectacle est en rapport avec mon engouement pour les poupées... mystère, mystère...

Pour ce qui est de l’Agenda, nous reprendrons notre rendez-vous habituel dimanche prochain.

A mardi soir, donc, chers amis, pour notre prochaine sortie ! Merci de m’avoir accompagnée aujourd’hui et… il me tarde déjà de vous retrouver !

Amitiés,
Elizée

(Cliquez ici pour lire la suite !)

24/01/2016

Semaine 4 : du 18 au 24 janvier 2016

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

Lundi : Je relève le défi !

Pour fêter la nouvelle année avec éclat, j’ai décidé de participer aux défis proposés par Vaniline : chaque mois, elle propose un thème ; les couturières se mettent au travail et montrent au groupe leurs créations… Elle a ouvert un nouveau blog sur lequel se trouvent toutes les photos : dollscouture . Pour le mois de janvier, nous devons réaliser une salopette : chez moi, ça sera pour Prunelle, ma petite « Half Pint » (Tonner) qui est toujours habillée avec sa tenue d'origine, très jolie, mais quand même, elle voudrait bien changer ! Cette petite poupée mesure 30 cm et... je la trouve à croquer!

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

Aujourd’hui donc, je trace le patron en papier; j'ai déjà choisi le tissu, qui attend depuis plusieurs mois.

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

Allez,  je coupe mon modèle ! J’adore réaliser les salopettes, ça tombe bien !

Mardi : la salopette

Je couds, je surfile, je rebrode à la main : un vrai plaisir ! Et voilà la petite salopette terminée !

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

Mais… que va-t-elle porter en dessous ?

Mercredi : vous avez dit « Half Pint » ?

Dites-moi, chers amis collectionneurs, si on parlait un peu aujourd’hui de cette petite poupée ? Quand on vous dit « Half Pint », ça n’évoque rien pour vous ? Voyez la présentation de cette petite poupée Tonner, sur la belle boutique en ligne « un bonheur de colibri », par exemple : on apprend qu’elle fait partie de la « Collection Effanbee Classics »… Comment ça, Effanbee ? Votre loupe d’enquêteur ne vibre-t-elle pas aussitôt dans votre poche ? Si, si, j’en suis sure ! Mais voilà, j’ai pris un peu d’avance sur vous, et je vous propose d’aller lire l’article que j’avais écrit en 2012 pour vous présenter une autre poupée, un petit garçon Effanbee à l’air coquin, datant de 1979, et s’appelant… « Half Pint » !

effanbee, tonner, half pint, 30 cm
Effanbee half pint 1982 (dernière année de fabrication)

Vous l’aurez compris, l’entreprise Tonner reprend des modèles anciens pour les remettre au goût du jour, et je trouve que cette petite poupée-ci est particulièrement réussie. On retrouve toute la joie simple et naïve du premier visage, et un nouveau corps tout articulé bien agréable pour positionner la poupée comme on a envie (c’est le même corps que « Patsy », un autre nom familier...). Voilà pourquoi j'ai choisi de l'adopter !

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

Jeudi : le tee-shirt

Allez, Elizée, assez papoté ! Il est grand temps de coudre un tee-shirt à cette petite. Vite, un morceau de jersey rouge assez fin, et hop, au travail !

J’en profite pour réaliser un petit collier : des tranches de minuscules fruits réalisées en pâte fimo (je les ai achetées toutes faites) que j’ai collées sur un ruban…

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

Vendredi : le patron des chaussures

Bon, il faut travailler à présent pour de petites chaussures, car je n’ai pas d’autres poupées qui ont la même taille de pieds. Je reprends le modèle des sandalettes que j’aime tant, réalisées au départ pour mes charmants calins et je l’adapte pour Prunelle… Quelques essais, quelques retouches : à la fin de l’après-midi, le patron est fait et le simili-cuir découpé.

Samedi : petits pieds bien chaussés !

Surpiqûres, coutures, collage… Une fente au bout de la bride, une perle pour fermer… Voilà les chaussures de lutin terminées !
Pour me reposer, je réalise un petit bracelet en perles de rocailles pour compléter la tenue, rien n’est trop beau pour la petite princesse !

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

Et voilà que c’est à nouveau dimanche ! Que vais-je pouvoir faire aujourd’hui ? Ah oui, j’y suis : vous voudriez voir quelques photos de la petite Prunelle avec sa nouvelle tenue !

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

Je pense que je peux montrer cette réalisation à mes amies du groupe de couture, ça devrait leur plaire !

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

En tous cas, Prunelle est toute joyeuse ! Voici la petite famille Half Pint que j’héberge actuellement : le joli couple américain de 1979, la poupée Prunelle ( en fait baptisée « Kickits » par Tonner), et Cincia Bella, la française, aux longs cheveux roux, qui s’est glissée parmi ses cousins américains…

Quant à moi… je songe déjà aux projets de la semaine prochaine !

Merci, gentils lecteurs, d’être venus feuilleter mon agenda de la semaine écoulée ! Merci pour vos adorables commentaires, auxquels je ne réponds pas individuellement faute de temps, mais que je lis avec beaucoup de plaisir ! Je vous souhaite une semaine agréable et je vous donne rendez-vous… dimanche prochain !

effanbee, tonner, half pint, 30 cm

Amitiés,
Elizée