Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2016

Semaine 7 : du 8 au 14 février 2016

titre semaine 7.jpg

Lundi 8 février : le pull bleu

-Bon, Elizée, me suis-je dit pour commencer la semaine, rappelle-toi tes bonnes résolutions 2016 : termine ce que tu commences !

pull bleu en cours.jpg

C’est donc ce que j’ai fait, et j’ai fini le petit pull bleu de Patsy Joan. J’ai eu quelques soucis avec le col, que j’ai dû recommencer trois fois pour qu’il me plaise enfin !

pull bleu.jpg

Voilà enfin le joli pull tout doux à ma convenance, et il plaît tellement à Patsy que, folle de joie, elle a voulu le porter immédiatement.

pull bleu patsy joan.jpg

Seulement, il manque la petite jupe pour mettre avec, et les chaussures… Le travail n’est jamais fini !

Mardi 9 février 2016 : les tissus

J’avais commandé une poupée il y a plusieurs mois : c’est un cadeau pour ma fille, une poupée d’artiste venant des Etats-Unis. Les listes d’attente sont longues, et il faut s’armer de patience… Mais voilà que le petit trésor doit arriver en France cette semaine ! J’abandonne donc (provisoirement) Patsy pour concocter un petit ensemble pour la nouvelle venue…
Je plonge avec délice dans mes tissus…Voyons, voyons, quel assortiment choisir ? Je voudrais quelque chose qui évoque la Russie…

assortiments tissus 1.jpg

assortiments tissus 2.jpg

assortiments tissus 3.jpg

assortiments tissus 4.jpg

assortiments tissus 5.jpg

Il n'y a que l'embarras du choix ! Finalement, c'est mon premier assortiment qui me plaît le plus, à cause de la gaîté du tissu jaune... C'est que je voudrais réaliser deux ensembles : un pour la poupée de ma fille, et un pour la mienne... Oh, oh, je ne vais pas m'ennuyer cette semaine !

Mercredi 10 février 2016: La première tenue

J’avais prévu de faire une robe longue, mais je n’ai pas été satisfaite de mes essais… Alors, puisque j’avais réalisé une salopette pour Half Pint, j’ai continué dans ce sens : une salopette, un peu large, avec un corsage assorti. Quelque chose qui évoque la campagne… J’ai retouché plusieurs fois mon patron, allongeant ici, écartant là, sans me décourager : et finalement, le premier ensemble est terminé ! Ouf, quelle journée !

LD tenue 1.jpg

LD tenue 1 détail.jpg

Jeudi 11 février 2016 : une journée avec Tilda

De la neige aujourd’hui, du froid et du vent : une journée à rester au coin du feu ! Pour me reposer de ma journée d’hier, je décide de m’offrir un petit après-midi sans rien faire : je me prépare un thé, et je parcours mes livres Tilda…

tilda thé.jpg

J’adore l’ambiance de ces livres, et j’en ai beaucoup ! Je viens de m’offrir le dernier, en anglais, car je n’ai pas eu la patience d’attendre qu’il soit traduit !

tilda livres.jpg

Je réalise de temps en temps un des modèles, pour moi, c’est comme une friandise : utiliser le patron déjà tracé, suivre les explications et réussir assez facilement des ouvrages dont je n’aurais pas eu l’idée, ça repose de mes créations pour les poupées !

tilda pinocchio.jpg

Je ne suis pas très contente de leurs explications, en fait, qui sont souvent simplistes et peu satisfaisantes pour une perfectionniste comme moi : mais je fais un peu à ma façon, et j'améliore ce qui ne me plaît pas...

tilda souris.jpg

Vendredi 12 février 2016 : Le deuxième ensemble

Aujourd’hui, je me remets au travail, avec toute l’énergie apportée par la journée de repos d’hier, et j’entame la deuxième tenue ! Là, plus de tâtonnements, je coupe et couds sans soucis.

LD tenue 2.jpg

LD tenue 2 détail.jpg

Je prends même le temps de réaliser les petites chaussures assorties !

LD tenue chaussures.jpg

Samedi 13 février 2016 : l'arrivée !

Le facteur sonne joyeusement à ma porte (du moins, il me semble qu'il est joyeux !) : il m’apporte le paquet tant attendu ! Une petite poupée d'artiste, une « Little Darling », un modèle créé par Diana Effner, et peinte par Patricia Green…

LD nanouchka arrivée.jpg

J’étais déjà émerveillée devant la mienne, achetée l’an dernier… Mais celle-ci me parait encore plus belle !

LD nanouchka arrivée portrait.jpg

Ma fille a choisi une petite tzigane au teint mat, comme les petits enfants avec lesquels elle s'entend si bien dans sa classe : elle veut l'appeler "Nanouchka"...

LD nanouchka arrivée et loulou.jpg

La mienne a voulu remettre la petite tenue qu'elle portait lors de son arrivée à la maison pour poser avec sa nouvelle amie !

LD nanouchka arrivée et loulou portrait.jpg

Je mesure la chance que nous avons de posséder de tels petits trésors dans notre collection !

Dimanche : les poupées de la Saint-Valentin

Et c’est à nouveau dimanche ! Nanouchka et loulou ont enfilé leurs belles tenues…

LD nanouch tenue st valentin rouge.jpg

LD loulou tenue st valentin jaune.jpg

Mais que tiennent-elles dans leurs bras ? Des petits coussins en forme de cœur pour fêter la Saint-Valentin, bien sûr !

LD nanouch et loulou tenues st valentin.jpg

LD nanouch et loulou st valentin portraits.jpg

Et voilà la semaine terminée... Une toute neuve commencera dès demain, c'est magique ! Merci de m'avoir accompagnée toute la semaine en feuilletant mon agenda et à dimanche prochain, mes chers lecteurs ! Je vous souhaite plein de petits bonheurs pour les jours à venir... ou même un grand bonheur, pourquoi pas ?

saint valentin.jpg

 

 

 

07/02/2016

Semaine 6 : en panne !

Ma semaine a été bien chargée, mes chers lecteurs, entre le spectacle de magie que je vous ai conté et les travaux de peinture et de tapisserie dans la jolie maison ancienne que ma fille vient d'acquérir : alors, même si j'ai quand même cousu quelques petites choses, le temps me manque pour prendre des photos et mettre en forme l'Agenda!

Notre rendez-vous est donc reporté à dimanche prochain, ne m'en veuillez pas !  Je vous souhaite une semaine agréable, pleine de petits bonheurs et de moments chaleureux. Et, si les soucis vous assaillent, enfourchez votre vélo de rêve et laissez-vous glisser vers les étoiles...

A bientôt !

Amitiés
Elizée

triplette grand bi etoiles.jpg

04/02/2016

Le spectacle de magie (fin)

Voici la dernière partie du spectacle de magie… Où nous découvrirons que ce que nous croyons personnel et sans conséquences ne l’est pas tant que ça… Où nous apprendrons comment Elizée voit sa vie privée étalée devant tous… Où nous comprendrons pourquoi elle ne met pas de photos de son petit–fils sur le net pour vous les montrer, même si elle trouve que c’est le plus beau et le plus extraordinaire des petits garçons… Où l’on saisira enfin en quoi ce long récit sur le spectacle de magie a un rapport avec les poupées (bien que non voulu) et trouve donc sa place sur ce blog…

Venez, venez, mes chers amis, vous asseoir une dernière fois à mes côtés dans ce théâtre pour assister au moment le plus palpitant du spectacle de magie auquel je vous ai convié cette semaine ! Accrochez-vous à vos sièges et préparez vos mouchoirs, car vous allez être très secoués…

ob_b1288e_livre-magie.png

Pendant que nous assistions aux tours de magie que je vous ai racontés précédemment, un des magiciens a pris des photos du public, certainement pour un album de souvenirs, avons-nous pensé candidement. Et nous avons donc souri, et même fait de petits signes d’amitié ! Mais soudain, à la suite d’un tour de prestidigitation habile que nous applaudissons avec plaisir, la lumière change, et l’écran s’éclaire sur la droite de la scène.

Encore un film ? Non, cette fois, c’est un portrait qui s’affiche. C'est celui d'une personne qui est dans la salle, apparemment, puisque j’entends quelqu’un qui réagit en se reconnaissant. Les magiciens se sont regroupés autour d’une sorte de boule de cristal moderne, à savoir un ordinateur portable : penchés au-dessus de l’écran, éclairés par la lumière qu’il renvoie, les voilà qui déchiffrent, non pas l’avenir, mais les traces du passé, laissés sans le savoir sur Internet par le spectateur dont le portait est affiché… Son nom, son adresse, son métier, les achats qu’il fait en ligne, les films qui lui plaisent,… Le pauvre spectateur ne peut qu’acquiescer : oui, c’est bien son nom, oui, c’est bien ce livre qu’il vient de lire, oui, il possède bien telle voiture qu’il vient d’acheter, alors qu’avant il avait une moto, et oui, il a choisi telle assurance… Nous sommes tous partagés entre l’envie de rire et l’inquiétude : nous comprenons qu’un logiciel de reconnaissance faciale est utilisé, mais comment peut-il livrer tant de renseignements ?

abracadabra.jpg

Plusieurs portraits s’affichent les uns après les autres, et à chaque fois, des morceaux entiers de la vie des personnes choisies sont dévoilés : et comme nous sommes dans une petite ville, et que parmi les spectateurs il y a plusieurs de mes amis ou connaissances, j’apprends où mon ami Joël (dont l’image vient de s’allumer sur l’écran) est parti en vacances ces dernières années et où il compte partir l’été prochain… J’apprends que mon amie Michèle aime les romans policiers et que si elle cuisine de si bons gâteaux, ce n’est pas grâce aux recettes de sa grand-maman : elle récupère ses recettes sur Internet, la coquine !
C’est drôle, bien sûr, mais nous rions jaune, car nous sommes un peu gênés : on a l’impression de devenir les voyeurs de la vie des autres, alors qu’ils n’ont pas choisi de nous la montrer…

magie.jpg

Soudain, mes chers amis, une chose extraordinaire se produit : la photo d’une petite dame brune à lunettes apparaît sur l’écran. Une personne s’agite à quelques fauteuils de ma place, c’est elle ! Le magicien annonce : « Bonjour madame, vous vous appelez Elizée Poupées, n’est-ce pas ? »
Gloups ! La photo n’est pas la bonne, mais le nom, c’est le mien ! (Bon, il ne dit pas : « Elizée Poupées », bien sûr, mais mon vrai nom que je ne tiens pas à divulguer ici, vu les circonstances…) Et en regardant mieux ce portait, c’est vrai qu’il me ressemble… La petite dame se lève et bégaie : « Non, ce n’est pas mon nom ! »
J’ai envie de faire semblant de ne pas être là, mais hélas, les personnes dans la salle qui me connaissent rient déjà en me regardant, et je suis bien sure qu’ils ne vont pas se gêner pour me dénoncer, les traîtres ! Je n’ai plus qu’à me lever moi aussi, et à dire tout haut : « Elizée, c’est moi… »

Les magiciens nous expliquent qu’il peut y avoir de petites erreurs, en effet, et que c’est donc moi, Elizée, dont ils vont parler. Je regarde ma sosie et lui dit : « Ah, vous avez eu de la chance, pas vrai ? » et elle me répond très finement en souriant : « Eh bien, attendons de voir ce qui va être dit sur vous, car comme c’est mon portrait, je ne me réjouis pas encore… »

A vrai dire, je ne suis pas très inquiète, car je suis très prudente sur Internet, j’utilise toujours un pseudonyme et je dévoile le moins de choses possibles : mais comment mon portait a-t-il pu sortir, alors que je ne publie pas de photos personnelles ? Soudain, je me souviens de l’exposition à laquelle j’ai participé, cette année-là, et qui a été relayée par la presse : une superbe photo de moi, avec mes poupées… C’est certainement cette photo qui m’a trahie ! Allez, c’est parti : on apprend mon nom, mon métier, depuis quand je suis à la retraite et ma « collectionnite ». Par contre, l’objet de ma collection a été difficile à deviner pour les magiciens car l’exposition en question était animée par les cartophiles : ils ont donc piétiné un moment, avançant que j'étais intéressée par les cartes postales, les vieux papiers, les journaux...et bien sûr je ne les ai pas aidés ! Mais ils ont fini par trouver qu’il s’agissait de poupées. Ils se sont vengés en précisant que je fréquentais beaucoup, vraiment beaucoup, Ebay et d’autres sites d’enchères et de ventes, mais enfin rien de bien extraordinaire pour quelqu’un qui collectionne… J’ai donc passé l’épreuve de vérité sans trop de dégâts, et la petite dame qui me ressemblait a été bien soulagée pour nous deux !

AnticStore-Large-Ref-44518.jpg

La dernière personne à passer sur le grill était un jeune homme assis quelques rangs devant moi : bien sûr, ces malicieux magiciens avaient gardé le meilleur pour la fin.
-Bonjour, cher monsieur Untel, lui disent-ils en se frottant les mains. Vous avez tel âge, vous travaillez à tel endroit et vous résidez dans telle ville, au numéro tant de telle rue.
-C’est vrai, approuve le jeune homme.
-Vous habitez une petite maison mitoyenne à un étage. Si je rentre chez vous, je trouve la cuisine à droite, et le salon à gauche. Tiens, vous avez un beau canapé en cuir rouge, avec au-dessus un poster… de chevaux ?
-Ou-oui, répond le jeune homme, d’un ton peu assuré.
- Quand je regarde votre porte d’entrée de l’intérieur, continue un des magiciens, je vois bien que vous n’avez qu’une serrure simple, n’est-ce pas, pas une fermeture en trois points, ni d’autres verrous…
-Ben…
- A la cuisine, juste au-dessus du frigo, je vois que vous affichez un agenda, sur lequel toute la famille marque ses activités : voyons, voyons… Ah, les petites font de la danse le jeudi ? Car vous avez deux filles, n’est-ce pas, qui ont quatre et six ans, et qui s’appellent unetelle et Unetelle…
-Oh, dit le jeune homme, très gêné…
-Juste en face de la porte d’entrée, se trouve l’escalier qui mène aux chambres : à droite, la vôtre, à gauche, celle de vos filles, avec de jolis lits superposés…
Les magiciens referment l’ordinateur. Le spectateur s’assoit, mortifié. C’est le silence dans la salle, nous sommes tous bouleversés. Où cette personne a-t-elle pu poster tant de photos de sa vie privée et donner tant de renseignements, sinon sur les réseaux sociaux ? Et nous aussi, bien sûr, nous tenons des conversations qui semblent anodines avec notre famille, nos amis, et nous montrons les enfants qui jouent dans leur chambre, le bouquet de fleurs à la cuisine, une photo d’une fête à la maison, le tout sur notre page Facebook où nous nous sentons en confiance, oubliant que non seulement tous nos contacts, mais aussi les contacts de nos contacts, etc… autant dire n’importe qui, peuvent y accéder…

ob_a98029_crocodile-magicien-illustration-philippe-jalbert.jpg
Illustration Philippe JALBERT

Pour terminer la représentation, les magiciens reprennent des tours plus classiques et réjouissants (nous en avons besoin !), travaillant les trois ensembles sur la grande table au milieu de la scène, s’amusant à faire apparaitre et disparaitre de gros jetons dorés… des pièces d’or ? Soudain, la table s’éclaire par en dessous, et nous voyons la silhouette des continents de notre vieille Terre… Les pièces d’or se mettent à bouger seules, et magiquement, se déplacent d’un continent à l’autre et finissent leur course entassées dans certains pays, alors que d’autres sont complètement désertés. Je vous laisse deviner lesquels ! C’est la conclusion de ce drôle de spectacle de magie, pas vraiment conventionnel, vous l’admettrez !

magie qui vive 5.jpg

Le spectacle dont vous avez vu une petite partie à travers mes yeux s’appelle donc: « Qui vive », par Thierry Collet (Compagnie le phalène). Voici un lien qui vous montrera un extrait de ce que je vous ai raconté : https://www.youtube.com/watch?v=4XwRx83Zweo

 

Mes chers lecteurs,
je vous remercie d’avoir suivi mon récit,
et d'avoir ri et frissonné à mes côtés...
Prenez bien soin de vous 
et à bientôt pour de nouvelles aventures!

Amitiés,
Elizée

 

« J’essaie d’inventer des relations qui questionnent le public sur sa place et son rôle : quand je suis spectateur, est-ce que je suis passif, soumis à l’illusion ou la croyance ? Que veut dire regarder, ou participer ? Est-ce que j’ai vu la même chose que mon voisin ? Notre façon de regarder le spectacle de magie devient alors une métaphore de notre manière de voir le monde. La magie interroge notre perception et notre esprit critique, nos déterminismes et notre libre arbitre, notre envie de comprendre et nos possibilités d’agir. »
(Thierry Collet)